L’étudiant à la rencontre du patient…

« La chose la plus importante en communication, c’est d’entendre ce qui n’est pas dit », annonçait Peter Drucker. Si l’expérience du médecin lui permet de poser des questions pertinentes et de comprendre le langage implicite de son patient, il n’est pas aisé d’en faire autant, en tant qu’étudiant.

Alors qu’interroger un patient fait partie intégrante du quotidien d’un médecin, les opportunités se font plus rares pour un étudiant lorsqu’il débute ses études médicales. Pour ma part, étudiante en troisième année de médecine, j’ai déjà pu réaliser quelques entretiens à l’occasion d’un Master de Sciences Sociales et Santé réalisé l’année dernière.

L’entretien de Mme M. en septembre dernier m’a ainsi permis de poursuivre le long apprentissage de la communication entre soignant et soigné.

Mme M., une jeune femme de 33 ans atteinte de sclérose en plaque, s’est confiée sur le vécu de sa maladie au cours d’un entretien semi-directif réalisé par moi-même et une autre étudiante. Cet entretien s’est révélé être une expérience véritablement enrichissante à tout point de vue.

D’une part, j’ai pu assimiler quelques bases cliniques liées à la sclérose en plaque, maladie qui m’était inconnue auparavant. Certes, les livres médicaux m’en apprendront davantage dans les années à venir mais mon apprentissage n’en sera que plus aisé en associant patiente et connaissances théoriques.

D’autre part, j’ai pu prendre conscience qu’une démarche de soin englobe pour le patient une multitude d’aspects, sur lesquels le médecin ne peut pas toujours intervenir. Mme M. par exemple a refusé de prendre des traitements visant à soulager ses symptômes et ralentir l’évolution de sa maladie, préférant s’orienter vers la psychanalyse pour répondre à ses questions. Bien que le soignant n’intervienne pas dans toutes les sphères du patient, il est primordial qu’il ait ces différents aspects en tête, afin de respecter la démarche du patient dans sa globalité.

Chaque patient aborde sa maladie différemment, de fait, la partie extra-médicale ne peut en aucun cas être apprise dans les manuels, et le médecin se doit de savoir communiquer avec le patient sur ces sujets-là. Ce dernier, par l’expérience de sa maladie, apporte des connaissances au soignant qui n’a pas vécu la maladie. Le savoir expérientiel du patient est complémentaire des connaissances et compétences techniques du médecin. Nous pourrions parler de « co-construction » du savoir.

Ce concept de rencontre est novateur pour moi, étudiante, mais il l’est tout autant pour le patient. Ce dernier passe du statut de personne inexpérimentée, attendant du médecin qu’il lui apporte une signification de ses symptômes et une réponse thérapeutique, à celui de « patient formateur », faisant partager l’expérience acquise au cours de sa maladie.

Mme M. approuvait très fortement notre travail, elle s’est même proposée pour intervenir dans notre faculté ! J’ai décelé dans cet enthousiasme une réelle envie d’aller vers l’autre et de passer de la préoccupation de Sa santé à La santé, afin de participer à l’effort collectif d’amélioration du système de soins, d’autant plus que Mme M. n’était pas satisfaite de son séjour à l’hôpital…

Par ailleurs, je pense que ce type de rencontre permet au patient de se raconter d’une manière différente que ce qu’il peut dire au médecin ou à ses proches. Il s’engage dans une réflexion qui lui permet d’aller plus loin que sa propre expérience, grâce aux questions qui lui sont posées. Mme M. faisait parfois des apartés dans l’entretien pour répondre à une question posée bien auparavant, témoignant du cheminement et de l’évolution de sa pensée au fur et à mesure de l’avancée de l’entretien.

Il est à noter que les patients qui se dévoilent sont déjà engagés dans une dynamique d’acceptation. Ils gravissent peu à peu les étapes qui les mènent à gérer leur vie en tant que personne cohabitant avec la maladie. Mme M. avouait à ce propos être de plus en plus à l’écoute des signes de fatigue liés à sa maladie, afin d’adapter son rythme de vie en conséquence. Il est ainsi préférable pour un jeune étudiant d’interroger un patient ayant pris du recul sur sa maladie plutôt qu’un patient encore très affecté et n’ayant pas encore entamé le processus d’acceptation. Comment aurais-je réagi face à une patiente en larmes à l’évocation de sa maladie ?

De plus, la rencontre dans un café, environnement non médicalisé, a sûrement favorisé les échanges. Ainsi, l’entretien dans un lieu neutre d’une personne ne se considérant plus tout à fait comme malade m’a mise à l’aise, d’autant qu’il n’y avait pas d’enjeux de diagnostic ni de prise en charge. Cet entretien libre, que j’ai interprété comme une sorte d’« entraînement », m’a permis d’améliorer ma prise de contact avec la patiente.

Cette idée d’« entraînement » m’évoque la notion « Jamais la première fois sur le patient ! ». Cette méthode pédagogique de simulation est particulièrement adaptée pour la formation des équipes soignantes, et peut s’appliquer à presque toutes les disciplines. Elle permet aussi bien d’exercer son relationnel avec le patient que d’apprivoiser des gestes médicaux, tels qu’une ponction lombaire sur un mannequin.

En cette époque où les maladies chroniques font partie intégrante de notre société, les patients vont être de plus en plus amenés à participer à la mise en place d’une nouvelle forme de connaissances, grâce à leur savoir expérientiel. En acceptant de dévoiler son expérience de la maladie, Mme M. a apporté une petite contribution dans ma formation médicale. L’aspect relationnel du soin sera acquis par la réitération d’entretiens de ce type, aussi bien lors des stages qu’en dehors.

Delphine Ros, étudiante en médecine


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *