Entretien avec Madame R.

Le point clé du récit de la patiente avec qui nous avons fait un entretien, mon groupe et moi-même, m’a paru être sa rencontre avec une dermatologue qui aurait véritablement compris sa maladie et la manière de l’aborder. Qui a mis un nom sur ce qu’elle avait. Voici comment aurait pu se passer leur premier entretien :

« Ok, patient suivant. Voyons voir ça… Nouvelle fiche. Madame R, 48 ans, consulte pour terrain allergique atypique évoluant par crises. Un peu vague tout ça… On verra bien ! »

– Bonjour Madame, entrez je vous en prie !
– Merci.
– Asseyez-vous, nous allons commencer la consultation. Tout d’abord, suis-je le premier dermatologue auquel vous vous adressez ?
– Non, je connais ces crises d’allergies pour lesquelles je viens vous voir depuis que je suis toute petite. J’ai donc consulté beaucoup de spécialistes, que cela soit dans le cadre de consultations ou même en urgence.

« Houlà, beaucoup de spécialistes consultés depuis l’enfance, de l’urgence. Ca doit être assez contraignant quand même ce vague terrain allergique… »

– En urgence ? Ces crises sont donc assez sévères. Pouvez-vous me les décrire ?
– Oui : elles sont assez sporadiques mais effectivement assez violentes quand elles se manifestent. Je connais des gonflements, de l’eczéma très prurigineux – les draps sont en sang quand je me réveille –  impossible de sortir de chez moi avec cet aspect vous imaginez bien. Je deviens très irritable également, j’ai l’habitude de dire que l’expression « avoir les nerfs à fleur de peau » a été inventée par un allergique !
– Je vois oui. Et comment cette crise a-t-elle été prise en charge aux urgences ?
– Par étapes : le médecin qui m’a examiné ne m’a pas prise au sérieux en premier abord. Puis cela s’est aggravé et ils ont enfin compris qu’il fallait me garder en sérieuse observation. C’est une infirmière du service qui a su comment me soulager vraiment. Avec un soin tout simple en fait : elle m’a tartiné de vaseline.

« C’est fou ce calme avec lequel elle raconte cette histoire.»

– Je comprends. Vous décrivez ces signes en des termes très spécifiques Mme R.
– Ce n’est pas la première fois que je revisite les symptômes de mes allergies. Et puis je suis pharmacienne, je suis un peu familière du jargon.
– Tout s’explique ! Vous avez l’air sûre de vous quant à votre diagnostic allergique. Pourquoi cela et quels traitements vous ont été prescrits jusqu’ici en dehors des traitements d’urgence?
– Ç’a été assez lourd. Et décevant. Les dermatologues que j’ai consultés m’ont essentiellement prescrit de grosses doses de corticoïdes et des topiques soi disant « miracles ».
– Et aucun n’a marché depuis que vous êtes petite ?
– Non. Mais, en fait… je n’ai réellement commencé à consulter que depuis quelques années.
– Pourquoi cela ?
– Quand on naît avec un terrain allergique on se dit que c’est comme ça ! Et puis c’est assez insidieux, on s’y habitue.
– Et quel a été le déclic du coup ?
– Je suis maman d’une petite fille. Elle aussi est un peu allergique. Mais comme je suis habituée je n’ai pas agi en fonction. Je l’ai amenée en sang chez le pédiatre et tout le monde me regardait. J’ai compris que cette maladie insidieuse avait une emprise sur moi. Et puis après ma fameuse crise qui m’a amenée aux urgences… je me suis dit qu’il fallait vraiment que je me soigne.

« Ah ça y est, elle a employé le mot « maladie ». Et elle la personnalise en plus ! Ce n’est donc pas seulement une petite hypersensibilité volatile… C’est vraiment quelque chose avec lequel elle doit lutter, qui ne touche pas qu’elle, qui évolue depuis longtemps. Les traitements des autres dermato n’ont pas l’air indiqués pour ce qu’elle a, depuis le temps ça aurait du changer. Pas un ne s’est remis en question ! Donc si on récapitule : maladie incomprise depuis l’enfance, elle s’y habitue tant bien que mal mais maintenant que ça touche quelqu’un d’autre elle veut y remédier, elle veut soigner la maladie. Sa maladie en fait. Si les traitements n’ont pas marché jusqu’à présent c’est parce que son aspect psycho-somatique n’a pas été pris en compte. C’est un peu délicat à aborder mais bon.. »

– Mme R, avez-vous déjà songé à prendre cette maladie en charge d’une manière plus…globale ?
– C’est à dire ?
– Une approche psychologique ?
– Ah mais figurez-vous que j’y avais déjà pensé ! Depuis longtemps en fait. Mais je n’osais pas l’aborder avec mes soignants. Clairement de l’allergie ce n’est pas une maladie psychologique.

« Ah ça l’interpelle ! Génial, on va pouvoir approfondir cet aspect qui doit sûrement être essentiel vu qu’elle y a déjà bien réfléchit. »

– Pour moi ce ne sont pas que de simples crises allergiques. C’est plus une maladie auto-immune type dermatite atopique. Et l’apparition de vos crises sont liées à des facteurs psychologiques, c’est très courant dans ce genre de maladies.
– Vraiment ?
– Mais oui ! C’est pour cela que nous allons récapituler ce que vous m’avez dit et établir un programme de soins ensemble. Aux urgences, ce qui vous a soulagé a été un soin tout simple ? Et bien adoptez autant de bonnes habitudes aussi simples et ça devrait aller dans ce même sens. Vous pourriez, par exemple, ne pas utiliser de savons, appliquer des crèmes hydratantes régulièrement… Les corticoïdes ne seraient pris que comme traitement de crises. Pour ce qui est du soutien moral, pourquoi ne pas envisager une psychanalyse ?
– Oui je suis d’accord pour adopter un traitement basé sur l’hygiène de vie et voir comment cela évolue. Par contre je suis absolument contre la psychanalyse, pour moi ça détruit plus que ça ne soigne. Et puis ça prendrait trop de temps.
– Pourquoi pas l’hypnose alors ? C’est une thérapie plus rapide.
– Oui cela me conviendrait mieux. Une dermatite atopique donc. C’est la première fois que j’ai l’impression de mettre un nom sur ce que j’ai.
– Eh bien partons sur cette nouvelle hypothèse qui a l’air de nous convaincre tous les deux et vérifions là ensemble. En tout cas, sachez que vous pouvez me contacter quand vous voulez si besoin. Mais de toute façon nous reprogrammerons plusieurs rendez-vous pour suivre votre évolution. Avez-vous des questions ?
– Oui, comment prévoyez vous que mes crises se passeront avec une telle prise en charge?
– Si tout se passe bien, elles devraient s’espacer et devenir moins intenses. Vous devrez avoir l’impression de « maîtriser » votre maladie. Vous ne pourrez jamais vous en débarrasser complètement par contre. Mais votre qualité de vie s’améliorera nettement !
– Très bien. Je vous remercie de votre écoute, de votre reformulation. J’ai bien compris les objectifs et j’adhère tout à fait à cette méthode. Au revoir.

Camille Gautier, étudiante en 3è année de médecine


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *